IEF Faire un stage d’observation en milieu professionnel

Les élèves scolarisés en 3ème font un stage d’observation en milieu professionnel. Alors comment cela se passe-t-il pour les enfants en IEF?

Ils nous a paru très intéressant que notre fille (âgée de 15 ans) découvre le monde professionnel en faisant notamment des stages dans des entreprises de son choix. Il s’agit souvent d’une expérience très riche, qui permet de voir et de comprendre un peu mieux certaines professions. Un apprentissage souvent bien plus efficace qu’un livre…

Cathy avait déjà fait un stage en 3ème, et afin d’avoir l’opportunité de découvrir d’autres métiers qui l’intéressent, elle a souhaité renouveler l’expérience. L’avantage de l’IEF : elle n’a pas d’emploi du temps imposé par un établissement scolaire et peut donc faire autant de stages qu’elle le souhaite.

Quels sont les documents que nous avons fournis pour le stage en entreprise (mineur de moins de 16 ans) :

– une convention de stage : n’ayant pas eu de réponse de l’inspection académique, et ne trouvant aucune informations sur internet, je me suis basée sur la convention disponible sur le site service-public.fr en l’adaptant à notre situation en IEF. Voici notre convention (Modèle convention stage)

– une lettre de motivation : dans laquelle l’ado explique sa démarche et donne ses disponibilités

– un CV

– une attestation d’assurance

A ce jour, Cathy a réalisé 3 stages dans 3 secteurs totalement différents. Elle en est ravie et commence à se projeter sur l’une ou l’autre profession. 2 autres stages sont programmés et elle recherche encore 2 à 3 stages supplémentaires 🙂

IEF Notre premier contrôle pédagogique

École de la vie VS École de la conformité :

Bilan de notre 1er contrôle pédagogique en IEF

Les enfants qui sont instruits en famille font l’objet d’un contrôle annuel de l’inspecteur académique, pour vérifier la réalité de l’instruction dispensée, les acquisitions de l’enfant et sa progression. Pour avoir toutes les infos, c’est par ici.

Le lieu du contrôle

Pour notre 1er contrôle nous avons été convoqués dans une école primaire. Le contrôle peut avoir lieu « notamment au domicile des parents » selon la circulaire N°2017-056. Zoé nous a dit que cela l’aurait rassurée d’être dans son environnement familier. Je pense également que dans notre cas, cela aurait été bénéfique, afin de présenter notre lieu de vie et notre façon de procéder au quotidien (supports, jeux etc.)

Voici en quelques mots l’environnement et l’ambiance dans lesquels nous étions plongés : nous arrivons dans une école (que nous ne connaissions pas), évidemment fermée par des grilles immenses. Nous pénétrons dans l’enceinte de l’école. Zoé nous dit que cela lui rappelle une prison… Dans le hall d’entrée, plusieurs familles en IEF attendent déjà à notre arrivée.

Nous patientons afin de pouvoir rencontrer l’inspectrice. Pendant ce temps, la récréation sonne et des enfants impatients de pouvoir se défouler sortent des classes. Une institutrice interpelle en criant 3 élèves, car elles se sont rendues chez le directeur sans avoir demandé l’autorisation d’aller lui parler ! Elles seront punies et resteront assises sur un banc durant toute la récréation (punies pour un comportement qui ne correspondait pas aux attentes d’un adulte). Nous observons ce triste manège pendant plusieurs minutes avant que la sonnerie ne retentisse et ne rappelle tout ce petit monde à l’intérieur.

Premiers constats : en voyant l’énergie de Zoé, je m’aperçois à nouveau que la discipline et le rythme imposés par l’École ne répondent pas aux besoins de l’enfant. Par ailleurs, Zoé fait preuve d’une telle spontanéité face aux adultes et n’a pas peur de poser des questions, ni d’entamer le dialogue. Dans cette école, nous avons (encore) remarqué à quel point cette spontanéité n’a pas sa place, au nom du respect et de la supériorité de l’adulte. Où sont la bienveillance et l’empathie nécessaires au bon développement cérébral des enfants ?…

Zoé et Christophe décident de jouer dans la cour de récréation en attendant notre contrôle. Une cour entièrement bétonnée sans la moindre petite parcelle d’herbe, avec heureusement quelques arbres… enfermés dans le bitume. Ils cherchent en vain un petit caillou pour jouer à la marelle. Là encore ils ne trouvent rien. Une institutrice leur demande ce qu’ils cherchent : juste un caillou pour pouvoir jouer. Il faudra se contenter d’un tout petit caillou car, vous comprenez, pour des raisons de sécurité, il faut que la cour soit propre et « vide ». Christophe lui demande : comment les enfants peuvent-ils jouer et s’épanouir dans cet environnement aseptisé, sans pouvoir grimper aux arbres ou s’amuser dans l’herbe ? La réponse de l’institutrice est assez éloquente : « Mais monsieur, vous venez d’où ? de Nouméa ou quoi ?! » No comment.

L’entretien avec l’inspectrice

Ce sera SANS l’enfant, uniquement le ou les parents sont invités. C’est le conseiller pédagogique qui prendra en charge l’enfant pour le contrôle… Dommage que l’inspectrice ne discute pas directement avec l’enfant, ne serait-ce que quelques minutes.

Je me rends donc à l’entretien, pendant que Christophe reste avec Zoé.

L’entretien se déroule sans problème. L’inspectrice est avenante, et me pose les questions auxquelles j’avais déjà répondu dans son questionnaire envoyé avant le contrôle (à retrouver ici). Surprise : elle n’a pas pris connaissance du questionnaire complété. Dommage car son courrier stipulait bien que ce questionnaire servirait à préparer ce RDV… Je lui remets également le compte-rendu que j’ai préparé ainsi que la grille des compétences complétée. Elle n’en prend pas non plus connaissance, en m’expliquant qu’elle verrait directement avec son conseiller pédagogique le résultat des exercices proposés à Zoé. J’explique à nouveau notre pédagogie (apprentissages informels et autonomes, sans évaluation, sans notes). Elle m’écoute, me rassure en m’expliquant que les exercices demandés sont très « faciles » et adaptés aux enfants en IEF.

Pour autant, il est bien question d’un niveau à enseigner à l’enfant. Bien que la circulaire stipule qu’il ne faut pas comparer l’enfant contrôlé à un enfant du même âge scolarisé, nous découvrirons qu’il n’en est rien lors des exercices demandés à notre enfant.

L’entretien se termine, sans avoir pu montrer tous les supports et travaux que j’avais emportés pour ce RDV.

Les exercices à réaliser par l’enfant

Après 1 heure d’attente, c’est enfin au tour de Zoé. La conseillère pédagogique vient la chercher pour la conduire dans une autre pièce à laquelle les parents n’ont pas accès. Ce n’est vraiment pas de chance, car une maman nous explique que chaque année les parents sont invités et peuvent assister leur enfant. Cette année ce n’est pas le cas… Zoé est courageuse, elle a emporté son grand doudou (la plus grande de toutes ses peluches) pour lui tenir compagnie 😊

Nous patientons et après 1h30 d’exercices, la conseillère pédagogique revient avec Zoé. Elle nous montre les exercices et nous explique très brièvement son constat (SANS avoir pu aborder avec elle notre projet pédagogique et les travaux réalisés en IEF) :

  • Zoé a une imagination débordante MAIS elle n’écrit pas assez
  • Zoé a pu réaliser certains calculs demandés MAIS ce n’est pas suffisant (elle ne connait pas ses tables de multiplications)
  • Zoé a écrit des phrases MAIS elle ne maîtrise pas assez la grammaire, ni l’orthographe de certains mots (qui selon la conseillère doivent être maîtrisés en fin de CE1)
  • Il faut penser à parler des valeurs de la République à Zoé (elle n’a pas su répondre aux questions à priori) et surtout penser à la sociabilisation !

Nous n’avons pas eu droit de réponse car la conseillère était attendue par l’inspectrice (il était midi et toute l’équipe était déjà très en retard…). Je lui ai juste demandé si elle pensait que « c’était bon pour Zoé » (sous-entendu si nous pourrions être tranquilles après ce contrôle). A priori c’est oui, mais nous verrons le rapport qui nous sera envoyé.

Là encore la circulaire n’est pas tout à fait respectée puisqu’elle prévoit un entretien avec les parents et l’enfant, durant lequel l’enfant peut montrer ses travaux. Concernant les exercices demandés lors du contrôle, « il convient de veiller à ce que les exercices et leur durée soient adaptés à l’âge de l’enfant et son état de santé ». Tout est donc question d’interprétation de cette circulaire. Zoé a eu des exercices « standardisés » niveau CE2, et non des exercices individualisés correspondant à notre pédagogie.

Je suis toujours ouverte à toute critique constructive, chaque conseil étant le bienvenu car on peut toujours s’améliorer, mais dans ce cas de figure j’étais déçue de cet « échange », ou plutôt monologue de la conseillère pédagogique qui est totalement passée à côté de notre projet pédagogique (et qui n’en a pas pris connaissance tout simplement). Je suis néanmoins restée souriante lors de tous mes échanges avec les personnes en charge de ce contrôle, comprenant qu’elles sont formées (formatées?) par l’Éducation Nationale, et ne peuvent (veulent?) agir différemment, persuadées d’être dans le Vrai.

Notre conclusion

Comme un sentiment d’inachevé… Néanmoins nous retenons surtout que Zoé a une imagination débordante. Elle est créative et nous souhaitons à tout prix qu’elle conserve cette imagination et cette spontanéité au quotidien !

Les tables de multiplication ne sont pas toutes sues, mais elle les apprendra lorsque cela fera sens pour elle. Par ailleurs, la maman d’une enfant scolarisée en CE2 (dans l’école de notre commune) m’a confirmée que sa fille apprenait actuellement la table de 2… on est encore loin de la maîtrise de toutes les tables dans cette classe. A chacun son rythme 🙂

Il faut maîtriser l’orthographe de tous les mots invariables en fin de CE1. Anecdote comique : Zoé était scolarisée en CE1 et pourtant elle ne connait pas tous les mots invariables. Alors, échec de l’Institution, de la méthode ou de l’élève ?…

Les valeurs citoyennes sont maîtrisées et appliquées par Zoé au quotidien : nous allons régulièrement à la Croix Rouge pour y déposer nos dons et collectes, Zoé et sa sœur viennent en aide à des personnes âgées dans notre village en promenant leurs chiens, elles aident à la maison et dans l’entourage etc.

Enfin la fameuse et inquiétante « sociabilisation » des enfants en IEF : à notre sens, Zoé est l’exemple même d’une personne intégrée dans la société. Elle n’a pas peur des adultes, ni des grands. D’ailleurs elle a regagné en confiance en elle depuis que nous sommes en IEF ! C’est encore une victoire. Elle va aussi naturellement vers les petits. Elle se questionne sur le monde et sur ce qui l’entoure. Donc tout va bien : nous n’avons pas « oublié de sociabiliser notre enfant », cette phrase étant un non-sens absolu (l’humain est un être éminemment social) 😊

Je conclurai ce récit avec les mots de Bernard Collot : « La complexité de la vie ne s’enseigne pas, elle se vit » ! Tout est dit.

Compte-rendu IEF 2018/2019

*Documents en téléchargement libre : Cycle 2 grille des objectifs complétée (en bas de page) + questionnaire envoyé par l’Éducation Nationale permettant notamment d’exprimer nos attentes vis-à-vis du contrôle.

Dans cet article, je vous partage le compte-rendu pédagogique (pour Zoé, 8 ans) qui sera remis lors de notre contrôle annuel par l’inspection académique. Nous fournirons également un petit classeur regroupant les photos et dépliants de quelques unes de nos sorties, visites et activités. Edit avril 2019 : retour sur notre 1er contrôle pédagogique ici.

Quelles sont les données constituant ce compte-rendu? Une courte présentation de l’enfant, notre projet pédagogique (apprentissage informel), nos références, les supports et activités pédagogiques, le socle commun cycle 2 (compétences et exemples de mise en œuvre).

Pourquoi avoir réalisé ce support ? Ce n’est pas une obligation, mais je pense qu’il permet aux parents pratiquant l’IEF de se rendre compte des nombreux apprentissages de l’enfant et activités pratiquées, sans pour autant faire beaucoup de formel (peu d’écrits, ce qui est le cas pour Zoé). Ensuite, je souhaite être préparée au mieux (connaître le contexte légal, à retrouver juste ici) et je demanderai à joindre ce compte-rendu au rapport réalisé par l’inspecteur. Enfin, il s’agit de faire un pas vers l’Éducation Nationale pour que le contrôle se passe dans les meilleures conditions pour Zoé. Certes c’est un travail conséquent pour les parents, mais à mon sens, c’est le prix à payer pour avoir une année de liberté et tranquillité en IEF 🙂

Voici le document préparé et qui sera mis à jour avant notre contrôle (il s’agit bien-entendu d’un document personnel qui concerne l’évolution de Zoé et ses apprentissages non exhaustifs de notre année d’instruction) :

Compte-rendu

Instruction en Famille 2018/2019

Questionnaire envoyé par l’Inspectrice avant le contrôle. Pour vous donner un aperçu, nous l’avons complété et il est à retrouver ici : Questionnaire inspection Blog

Présentation de l’enfant

Zoé a été déscolarisée après son année de CE1 (7 ans), à la suite de problèmes de santé liés au stress et à une angoisse grandissante constatés à l’école. Elle n’a jamais aimé l’école, sans pour autant être en échec scolaire. Les institutrices ont fait de leur mieux, cependant la pression scolaire et la séparation quotidienne d’avec nous, ont créé chez Zoé un sentiment extrême d’angoisse et de stress.

Zoé est une enfant pleine de vie, curieuse, sportive et inventive. Elle exprime souvent sa joie de pouvoir faire l’instruction en famille.

Notre projet pédagogique

Nous avons choisi l’IEF pour profiter pleinement de nos enfants, les voir grandir, pouvoir leur accorder le temps et l’attention dont ils sont besoin pour se développer sereinement.

Nous pratiquons la pédagogie des apprentissages autonomes et informels. Il s’agit d’une démarche basée sur la motivation de l’enfant, sur l’interaction avec son entourage, l’enfant restant le moteur de ses apprentissages.

Les travaux récents et recherches en neurosciences (notamment ceux du Pr. Hüther, neurobiologiste) prouvent que le meilleur moyen d’apprendre est l’enthousiasme/la joie qui nous poussent à découvrir, expérimenter, tester et qui permettent ainsi d’acquérir des connaissances pérennes et bien assimilées, contrairement à un apprentissage contraint et à des règles apprises de manière artificielle (pour un contrôle à l’instant T par exemple).

Les apprentissages informels sont omniprésents dans notre quotidien, que l’on soit adulte ou enfant : nous apprenons souvent sans démarche consciente et explicite, uniquement par l’imprégnation, l’observation, l’imitation, l’échange, en faisant des essais et erreurs. Un enfant apprend naturellement à marcher et parler sans enseignement. Dans le monde du travail, un adulte apprend à 70% par l’expérience, 20% par l’échange, le contact et 10% par la formation formelle et/ou lecture.

Un enfant ira volontiers vers des supports de connaissances si on a eu la patience d’attendre qu’il soit prêt, il avance à son rythme : lorsque l’apprentissage fait sens, il sera efficace et assimilé de manière optimale.

Nous sommes donc confiants en la capacité de Zoé à apprendre, un enfant étant un apprenant de nature, doté d’une curiosité naturelle.

Nous n’avons pas d’attentes, et ne vérifions pas les connaissances acquises par Zoé (contrôle ou évaluation), nous souhaitons en effet qu’elle puisse à nouveau gagner en confiance en elle et en ses apprentissages. Zoé apprend en permanence, ces apprentissages sont transversaux et pluridisciplinaires. Il est donc difficile de tout découper en petits morceaux scolaires. Nous avons néanmoins établi un tableau récapitulatif sur la base du socle commun (ci-dessous).

Pour conclure, nous estimons que la formation initiale à donner à nos enfants, doit avoir pour but de préserver le goût d’apprendre et de continuer à apprendre avec enthousiasme tout au long de leur vie.

Références (à retrouver sur le blog)

Les apprentissages autonomes, John Holt

Une éducation sans école, Thierry Pardo

L’apprentissage informel expliqué à mon inspecteur, Claudia Renau

Être et devenir, Clara Bellar

Et je ne suis jamais allé à l’école, André Stern

L’école du 3ème type, Bernard Collot

La fin de l’éducation ? Commencements…, Jean-Pierre Lepri

Pour une enfance heureuse, Dr. Catherine Gueguen

Recherches et travaux : Neurobiologie et éducation, Pr. Gerald Hühter

Activités et supports pédagogiques

Supports

  • Je comprends tout CE2 (toutes matières)
  • J’apprends l’anglais avec Tommy et Julie (cahier + CD)
  • Cahier d’activités Soy Luna CE2-CM1
  • La roue des multiplications
  • Kit chimie
  • Kit d’expériences scientifiques
  • Jeux éducatifs sur PC https://www.logicieleducatif.fr (toutes matières)
  • Dessins animés « La Vie »
  • Livres
  • Documentaires
  • Jeux de société (La bonne paye, Rummikub, Uno, jeux de cartes, Bataille navale, Kapla, échecs, etc)

Nouveaux supports à tester

  • Cahier d’activités CE2-CM1 : Révise avec les princesses
  • Jeux malins 8-10 ans (Rébus, jeux de logique, mots masqués…)
  • Ma petite encyclopédie (avec activités) : La danse classique

Activités (en complément des supports ci-dessus)

  • Danse classique
  • Tennis en club
  • Jeux en extérieur
  • Skatepark
  • Forêt
  • Vélo
  • Promenade, marche et course à pieds
  • Patins
  • Danse
  • Piscine
  • Cuisine, pâtisserie
  • Aide aux travaux ménagers
  • Aide au salon de coiffure familial
  • Promenade de chiens de personnes âgées du village
  • Lecture
  • Visite hebdomadaire des médiathèques
  • Jeux de Barbie, déguisements et diverses mises en scène
  • Jeux de société
  • Projets autonomes : fabrication d’un parking à vélo, création d’une affiche pour garde et promenade de chiens…

Ateliers

  • Philo pour enfants (médiathèque)
  • Cooking in English
  • Création de bêtes fantastiques (médiathèque)
  • Création de cartes pop-up (médiathèque)
  • Bricolages et activités de Noël
  • Atelier « tablettes intergénérationnelles » (médiathèque)
  • Yoga pour enfants (médiathèque)
  • Lecture de contes (mensuelle médiathèque)
  • Jeux de société (médiathèque)
  • Calligraphie (médiathèque)
  • Magie (mensuelle médiathèque)
  • Atelier art plastique « Haut les masques avec Picasso » Inspiration art tribal (médiathèque)
  • Atelier art plastique « l’univers des oiseaux » (origami et travaux manuels) (médiathèque)

Sorties/visites

  • Musée de la préhistoire, Tautavel
  • Muséum d’histoires naturelles, Montauban
  • Cathédrale, Montauban
  • L’anse de Paulilles
  • « Le jardin en folie », St Jean Pla de Corts
  • Ferme musicale, Palau del Vidre
  • Navire Le Bellem, Port-Vendres
  • Manufacture du Grenat, Prades
  • Tour Eiffel et Opéra Garnier, Paris
  • Caserne de pompiers, Rivesaltes
  • Exposition robotique, IMERIR Perpignan
  • Musée de la musique, Céret
  • « Le lac des cygnes » Ballet ukrainien, Parc des expositions Perpignan

Spectacles médiathèques

  • Pourquoi c’est comme ça ? (Contes catalans), Jordi Mach
  • Chemins partagés, Cie Les colporteurs de rêves
  • Un grand jour de rien, Cie du Sarment
  • Je viens d’où tu vas, Samir Mouhoubi et Davy Kilembé
  • « Frontière(s) », Cie Pa d’Ocell (80 ans de la Retirada, histoires et contes catalans)

Vie quotidienne

Cycle 2 grille des objectif (cliquer ci-dessous)

Pour ce tableau je me suis inspirée d’un exemple de rapport qu’une maman en unschooling a eu la gentillesse de me fournir, ainsi que du kit inspection à retrouver sur le blog d’Isa LISE : http://lenviedapprendre.kneo.me/shop/category/5403

N’hésitez pas à me faire part de vos questions ou remarques en commentaire ou sur les réseaux sociaux (Instagram et Facebook) 🙂

IEF : Ce que dit la loi

Cet article a pour objectif de résumer le cadre juridique concernant l’Instruction en Famille. Regardons de plus près ce que disent les textes de loi internationaux et français :

Edit Août 2018 : Le projet de loi pour une école de la confiance publiée au JORF le 26 juillet 2019 devient :

LOI n° 2019-791 du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance

La loi Blanquer pour « l’école de la confiance » sera effective à compter de la rentrée 2019, et a instauré l’instruction obligatoire à partir de 3 ans, un contrôle renforcé pour les familles en IEF, et la formation obligatoire pour les 16-18 ans non scolarisés (à partir de la rentrée 2020). Toutes les infos sur le blog d’Isa LISE ici.

Vous trouverez une synthèse du projet de loi avec les mentions les plus importantes à retenir pour l’enseignement à domicile sur le site Le coin des documentalistes iefeurs, un décret a été publié le 2 août 2019 (toutes les infos ici) et ensuite viendra la circulaire qui complétera les attendus du cadre juridique dans son ensemble.

1. Déclaration universelle des droits de l’Homme

Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. (Article 26-3)

2. Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales

Nul ne peut se voir refuser le droit à l’instruction. L’État, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques. (Protocole additionnel, article 2, protocole n°1)

3. La liberté de l’enseignement est un principe constitutionnel

La liberté de l’enseignement est consacrée par le Conseil Constitutionnel comme l’un des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République. Article premier : 
La loi complémentaire à la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959 modifiée par la loi n° 71-400 du 1er juin 1971 et relative à la liberté de l’enseignement est déclarée conforme à la Constitution* (décision n°77-87 DC du 23 novembre 1977). A retrouver sur le site COLLECT’IEF.

4. Code de l’éducation

En France, l’Instruction En Famille est un droit : Article L.131-2

L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix.

a. Les démarches (Article L.131-5)

Les responsables légaux de l’enfant doivent effectuer une déclaration en mairie et à l’IA-Dasen (inspecteur d’académie – directeur académique des services de l’éducation nationale) pour les enfants ayant 3 ans (dans l’année civile de la rentrée scolaire) et qui n’ont pas 16 ans révolus (voire 18 ans avec la nouvelle loi). Un exemple de déclaration est à retrouver ici.

Pour les 16-18 ans non scolarisés (et qui ne travaillent pas), la nouvelle loi Blanquer a instauré une obligation de formation. L‘instruction en famille est la grande absente du projet de loi. En attendant, vous n’avez rien à déclarer pour le moment puisqu’aucune précision à ce sujet, ce point entrant en vigueur à compter de la rentrée 2020. Plus d’infos ici. Voici l’amendement.

Cette déclaration est à faire à la rentrée scolaire, ou dans les 8 jours suivants la déscolarisation ou le changement de résidence. Un accusé de réception devra vous être adressé par l’IA-Dasen (Article R. 131-2)

b. L’enquête de la mairie (Article L.131-10)

Elle a lieu dès la 1ère année, puis tous les 2 ans et a uniquement pour objectif de constater « quelles sont les raisons alléguées par les personnes responsables, et s’il […] est donné [aux enfants] une instruction dans la mesure compatible avec leur état de santé et les conditions de vie de la famille ». Elle ne porte pas sur la qualité de l’instruction dispensée dont le contrôle relève des autorités compétentes du ministère chargé de l’éducation nationale. Elle n’est pas non plus une enquête sociale. Elle peut donc être effectuée par des agents administratifs de la commune. Dossier à retrouver sur le site de l’association UNIE.

c. Le contrôle par l’Éducation Nationale (Article L.131-10)

La famille est informée au minimum 1 mois avant la date du contrôle, à partir du 2ème mois suivant la déclaration d’instruction dans la famille. Mais le nouveau décret prévoit également la possibilité de faire des contrôles inopinés.

Ce contrôle porte sur la réalité de l’instruction donc sur les moyens mis en œuvre et le contenu de l’enseignement dispensé par les responsables de l’enfant pour l’instruire, ainsi que sur les acquisitions de l’enfant et sa progression.

L’objectif est de vérifier que l’enfant instruit pourra maîtriser l’ensemble des exigences du socle commun à l’issue de la période d’instruction obligatoire. La progression retenue doit être compatible avec l’âge de l’enfant et son état de santé, tout en tenant compte des choix éducatifs effectués. (Articles D.131-12 / R.131-13)

Comme le rappelle la circulaire N° 2017-056 du 14/04/2017, le socle commun doit servir de références communes pour permettre un dialogue constructif et apprécier la progression de l’enfant. Il ne faut pas y voir une obligation de résultat. Le contrôle n’a pas pour objectif de vérifier que le niveau de l’enfant est équivalent à celui d’un enfant de même âge scolarisé, compte tenu de la liberté de choix éducatifs laissés aux parents.

Concernant le socle commun, le site UNIE précise :

Si l’inspecteur a le droit de se référer aux cycles, vous n’êtes absolument pas tenus de les suivre si vous ne le désirez pas : il s’agit seulement de points de référence. Par contre vous devez faire en sorte d’avoir passé en revue le contenu de chacun des 5 domaines à l’issue des 16 ans de l’enfant… Notez toutefois que vous avez une obligation de moyens (tout mettre en œuvre, instruire), et que votre enfant lui n’a pas d’obligation de résultat (on ne saurait imposer aux enfants en IEF ce qu’on n’impose pas aux enfants scolarisés, l’enfant n’a pas l’obligation d’être « bon partout »!).

Néanmoins les contrôles renforcés avec la nouvelle loi, ne laissent plus beaucoup de place à la liberté éducative : la maîtrise du socle commun sera bien la base du contrôle annuel, et la progression continue (année par année) doit s’effectuer dans chaque domaine du socle commun.

L’article L.131-10 est modifié
« À cet effet, ce contrôle permet de s’assurer de l’acquisition progressive par l’enfant de chacun des domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture défini à l’article L. 122-1-1 au regard des objectifs de connaissances et de compétences attendues à la fin de chaque cycle d’enseignement de la scolarité obligatoire. 
Ces objectifs ne sont pas une nouveauté, ils étaient déjà imposés par le décret de 2016. 

Concrètement le contrôle se déroule comme suit :

  • un entretien avec les responsables de l’enfant leurs permettant de présenter leurs choix éducatifs, les méthodes et supports pédagogiques retenus, ainsi que les différents travaux réalisés par l’enfant. Il est recommandé aux responsables de l’enfant de faire parvenir avant le contrôle un document explicitant leurs choix éducatifs. Ainsi ils pourront demander à ce que ce document soit annexé au bilan du contrôle.
  • des exercices écrits ou oraux individualisés et adaptés aux objectifs pédagogiques seront demandés à l’enfant. (Article R.131-14)

Pour le 1er contrôle, le site UNIE précise :

Le contrôle que vous avez pour la 1ère fois sert de base (il ne peut donc pas y avoir de second contrôle au prétexte d’une insuffisance de progression la première fois!).

(Toutefois il peut arriver qu’un second contrôle soit notifié aux parents (certains témoignages en attestent). Dans ce cas, n’hésitez pas à vous rapprocher des associations comme UNIE et LED’A ayant un service juridique.)

Le bilan du contrôle est notifié systématiquement aux responsables de l’enfant dans un délai de 3 mois maximum. Si les résultats sont jugés insuffisants, il doit leur être précisé en quoi l’instruction donnée ne permet pas la progression de l’enfant vers l’acquisition, à la fin de la période obligatoire, des compétences du socle commun. Dans ce cas, un 2nd contrôle est prévu au plus tôt 1 mois après la date d’envoi des résultats. Si les résultats du 2nd contrôle sont toujours insuffisants, les parents sont mis en demeure d’inscrire l’enfant dans un établissement public ou privé, dans les 15 jours suivants la notification.

Les associations telles que : UNIE, LEDA ou OCIEL militent pour le droit des familles en IEF et peuvent apporter leur aide si les contrôles ne se déroulaient pas de manière optimale.

Bonne continuation dans votre aventure IEF 🙂

IEF et gestion du budget

La question récurrente qu’on nous pose lorsque nous expliquons que nous avons choisi de faire l’IEF pour nos filles : « mais comment faites-vous financièrement? » Ce n’est pas un secret. L’argent reste la principale préoccupation dans la plupart des foyers. Nous en faisons partie et avons bien évidemment fait les calculs nécessaires, avant de prendre la décision de quitter mon emploi.

Avant tout, il faut prendre conscience que nous sommes dans un changement de mode de pensée. Notre regard sur la société a changé et cela induit un changement de mode de vie et de consommation! Il ne s’agit pas d’un phénomène de mode mais bien d’une prise de conscience.

Nous vivons actuellement dans une société consumériste qui a besoin de consommateurs. Le système fonctionne ainsi. On consomme lorsqu’on essaie de compenser un manque (souvent affectif), lorsque nos besoins fondamentaux (lien et croissance) ne sont pas couverts. Le schéma est simple : quand je ne peux avoir ce dont j’ai réellement besoin, je me tourne vers autre chose, je consomme pour compenser ce manque et éprouver un soulagement temporaire… (d’ailleurs ce que je consomme importe peu). Voir notre article sur ce sujet, de l’excellent neurobiologiste Dr Hüther juste ici.

Consommer ne serait donc pas la clé du bonheur 🙂 Fort de cette analyse, cela parait simple : il suffit d’adapter nos dépenses à notre nouveau mode de vie. Moins de rentrées d’argent = dépenser moins. En ce qui concerne l’IEF, nous essayons de limiter les activités payantes (piscine, musées, visites payantes) et sortons d’avantage dans la nature, faisons des activités gratuites (visites et activités proposées par le réseau des médiathèques ou d’autres familles en IEF etc).

Je vous propose aujourd’hui un outil permettant de gérer votre budget mensuel (recettes et dépenses). C’est un tableur que nous avons créé (soyez indulgents 🙂 ) et que nous utilisons depuis plusieurs années. Le voici : Tableur budget

Fonctionnement du tableur

Il vous suffit de renseigner les recettes et dépenses et tous les calculs se font automatiquement 🙂 d’un coup d’œil, on peut voir le budget prévisionnel restant à la fin du mois et pour chaque poste de dépenses (pour l’utilisation n’oubliez pas d’ « Activer les modifications » sur le fichier Excel).

1. Entrer toutes vos rentrées d’argent mensuelles, et le solde du mois précédent : si on finit le mois précédent à -150€ cela va se déduire de vos rentrées d’argent.

2. Noter tous vos frais fixes : loyer, téléphones, électricité, eau, assurances etc. Petit conseil : mensualisez toutes les dépenses. Pour les frais qui ne sont pas prélevés mensuellement sur votre compte, vous pouvez mettre ce montant de côté et l’utiliser lorsque la facture arrive (par exemple EAU : je prévois de mettre 50€ de côté tous les mois. Lorsque je reçois ma facture annuelle, l’argent mis de côté à cet effet est disponible).

3. Indiquer le budget mensuel prévu pour ces 3 postes : courses = alimentaires + nécessaire à vivre / essence / frais divers = restau, loisirs, cadeaux… Dans cet exemple, je prévois un budget courses de 450€, essence 150€ et frais divers 150€.

4. Noter chaque dépense réalisée (concernant les postes ci-dessus). Le montant se déduit automatiquement (flèches rouges) du budget initial.
Exemple : je prévois un budget mensuel de courses de 450€. On est le 10 du mois, avec les courses réalisées ci-dessous, il me reste 335€ sur mon budget courses.

5. Solde prévisionnel restant à la fin du mois : dans cet exemple, on peut voir qu’avec les frais fixes (2) et toutes les dépenses prévues (3), il me restera 15€ à la fin du mois.

6. Solde restant au réel : avec les dépenses réalisées à ce jour (4), mon solde réel est de 545€ (en déduisant évidemment tous les frais fixes (2))

Avantages du tableur

Il vous est possible d’avoir un suivi détaillé de vos dépenses mois par mois, et même d’année en année. Cela vous permet d’analyser vos habitudes de consommation, et même de réduire des dépenses inutiles. Par ailleurs, en le faisant sur le moyen voire long terme on peut même constater l’évolution du coût de la vie.

J’espère que cet outil vous sera utile! A vous de le personnaliser. Si besoin d’aide, n’hésitez pas à me contacter via le blog ou les réseaux (Facebook, Instagram). Je serai ravie de pouvoir vous aider.

A vous de jouer 🙂